BRIDOLINE Histoire véridique d’un jeune homme

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Blowjob

BRIDOLINE Histoire véridique d’un jeune hommeCe fut un groupe à la fois admirable et singulier, qui entra ce soir-là dans le vieux château des comtes d’Esseg, perdu au milieu des bois dans une des régions les plus désertes de la plaine hongroise; il était forme par la comtesse Myrtille, qui revenait de Paris avec une suite de trois personnes et regagnait son château dont toute la domesticité venait d’être renouvelée.II planait sur cette réunion de quatre personnes, d’une incontestable beauté, quelque chose de mystérieux qui forçait L’intérêt et chacune paraissait plus belle et plus étrange encore par I ‘effet du contraste.C’était cet attrait qui avait mis en émoi tous les serviteurs et les avait postés, plus ou moins ostensiblement, sur le passage des voyageurs. Ces gens avaient d’abord regarde deux Italiennes, a 1’aspect de femmes de chambre de bonne maison, qui étaient descendues les premières de I ‘auto et s’étaient empressées avec des marques de déférence, serviles a force d’être exagérées ; la domesticité observait avec curiosité ce type méridional qui ne lui était pas familier ; ces Italiennes étaient deux belles filles aux traits réguliers, au profil net. aux lignes un peu fortes et un peu lourdes, mais empreintes d’une chaude volupté. Elles différaient l‘une de l’autre et cependant on les sentait bien de la même race ; l’une, petite, râblée, les hanches fortes et mouvantes, offrait un calme visage de Madone ; I ’autre, grande et fière, avec un profil de médaille, un teint plus ambré, un front plus noble, portait avec une grâce altière une poitrine forte et des épaules pleines ; mais toutes deux avaient la même bouche charnue et pourprée et surtout les mêmes yeux charbonneux qu’elles plantaient droit dans les vôtres avec une tranquille hardiesse et qui semblaient prêter le reflet de leur flamme aux bijoux voyants qui ornaient leurs oreilles et leur cou.A cote de ces deux caméristes, la comtesse Myrtile apparaissait plus souple et plus racée, son charme était plus délicatement provocant; la perversité raffinée qui mettait en mouvement ses sombres et inquiétantes prunelles perçait moins sous ses façons un peu libres de grande dame originale et fantasque. Cette patricienne de vingt-cinq ans, habituée à satisfaire tous ses caprices, demeurait la créature vive, onduleuse et hardie qu’elle avait toujours été, mais avec plus d’harmonie et moins de cavalière provocation.Mais ce qui intriguait le plus les gens de service, c’était la silhouette équivoque de l’étrange jeune fille qui accompagnait la comtesse. Ils regardaient avec curiosité cette singulière créature, vêtue avec la dernière élégance, corsetée comme une guêpe, gantée d’un fin chevreau qui adhérait a ses bras comme s’il en avait été la peau même, perchée sur d’extravagants talons étroits et cintres, coiffée d’un élégant chignon aux reflets d’or, maquillée avec un art savant ou I ‘audace brutale s’alliait au soin le plus minutieux. Cette jeune fille était habillée, parée, chaussée, gantée et fardée avec les recherches les plus coquettes et une visible tendance à l’effet ; mais elle déconcertait par quelque chose d’indéfinissable, de factice, que l’assistance attribua à la hardiesse de l’élégance, à l’originalité des atours et à l’outrance des fards.Elle avait disparu depuis longtemps déjà que tous ceux qui l’avaient vu passer parlaient encore d’elle ; chacun signalait le détail qui l’avait plus particulièrement frappe canlı bahis şirketleri ; l’un s’étonnait de la cambrure du pied que les talons démesurés faisaient poser sur le sol d’une façon si personnelle ou de la proéminence de la croupe, qui se relevait tout en se balançant au mouvement de la marche; l’autre s’extasiait sur I ‘invraisemblable minceur de la taille, qu’on eut entourée dans les dix doigts, ou sur la richesse d’une poitrine que le décolletage montrait généreusement mais que le corsage cachait sous ses plis tendus au moment où l’on s’attendait à avoir la révélation des pointes dardées ; celui-ci avait remarqué la finesse des bas de soie et de gants de peau formant une gaine ajustée où couraient des reflets mouvants ; celui-là se souvenait de la couleur vive du maquillage, de l’éclat des lèvres sanglantes ou de l’ombre bleue des yeux allonges par le crayon gras ; plusieurs avaient note la nuance décolorée des cheveux ondules et la pittoresque somptuosité des merveilleux pendants qui oscillaient aux oreilles et faisaient au fin visage un cadre mobile et scintillant.Et la conclusion de tous les propos échanges était invariablement :- Quelle étrange personne !… Mais comme elle est jolie ! Qui est-ce ?… Qui cela peut-il être ?…Et comme on voulait une réponse à ces questions, on admettait que c’était une étrangère, et que le ciel lointain sous lequel elle avait vu le jour expliquait son aspect déconcertant et son charme à la fois singulier et inquiétant.Pour le reste, on se mettait d’accord moins facilement : n’était-elle pas trop empressée et trop déférente pour être une jeune parente et, par contre, trop élégante et trop visiblement choyée pour n’être qu’une servante à gages ?La comtesse Myrtile d’Esseg gagna donc ses appartements particuliers,qui occupaient le premier étage de son château, et y installa auprès d’elle sa mystérieuse suivante. Lorsqu’elles furent seules, toutes portières retombées sur les portes closes, la comtesse ordonna :- Frida, mets-toi a I ‘aise, c’est-à-dire retire ton chapeau et tes gants, puis tu m’aideras à quitter mon costume de voyage.Silencieusement, la jeune fille obéit, d’un geste gracieux elle enleva voilette, épingles et chapeau. Faisant glisser ses bracelets vers le coude elle rabattit ses longs gants glaces, montra un bras de contours un peu musculeux mais de peau fine et soignée et une main oisive, aux doigts fuselés, précieuse par la richesse de ses bagues et, plus encore, par la nacre carminée de ses ongles tailles en amande.Alors, d’un mouvement naturel, qui révélait une longue et surtout profonde sujétion, elle mit un genou à terre devant la châtelaine et commença à délacer ses hautes bottes de voyage.Myrtile se laissait faire avec une hautaine indolence ; légèrement renversée contre le dossier du fauteuil elle tendait, hors des fanfreluches mousseuses des dessous, une jambe nerveuse et svelte, admirablement faite, dont la chair rose rendait vivante la soie claire du bas ; elle abandonnait son pied cambre et menu que délivraient les doigts habiles aux mouvements vifs et précis, soulignes par les reflets chatoyants des anneaux.Quand les petits pieds eurent glissé dans les mules découvertes, bordées de cygne, Frida se releva et retira le chapeau de la jolie femme. S’agenouillant de nouveau l’empressée soubrette se mit en devoir d’enlever les longs gants de Suède ; elle s’acquitta de ce soin avec une sorte de dévotion canlı kaçak iddaa et les gestes attentionnes et frôleurs de ses doigts pour dégager le joli bras de sa gaine souple et parfumée fut une véritable caresse. Elle mit ainsi à nu de beaux bras aux gestes un peu brusques mais empreints d’une souveraine séduction.Alors seulement la comtesse se leva, se laissa dégrafer et attendit que Frida remplaçât son costume de route par l’élégante robe d’intérieur qu’elle avait désignée et dont la camériste maniait délicatement les linons et les dentelles.Quand la jolie femme fut à demi-nue, les hautes glaces penchées sur les toilettes et inclinées entre les colonnes des psychés multiplièrent la séduisante image de son jeune corps aux lignes patriciennes. La ferveur de la jeune fille s’accrut encore lorsqu’elle jeta sur ce trésor vivant les vaporeuses fanfreluches du clair et élégant déshabillé et ses doigts eurent un involontaire frémissement en effleurant l’épaule nue aux délicates rondeurs, aux courbes douces, harmonieusement fondues et rattachées a la colonnette ivoirine du cou et à l‘albâtre pur du bras.Myrtile perçut ce frisson ; elle abaissa vivement ses yeux, qui se fixèrent avec une audacieuse précision, puis se relevèrent et plongèrent dans les prunelles bleues qu’embrumait un trouble léger comme 1’ombre d’un nuage s’étendant sur un lac italien ou suisse.Frida soutint mal ce regard et ne put arrêter la montée d’une rougeur qui fut assez vive pour transparaitre sous le maquillage.Le visage de Myrtile se fit sévère, prunelles durcies, lèvres pincées, sourcils fronces.Apres quelques secondes d’un silence menaçant, qui fit courber la tête de Frida et trembler ses genoux, elle articula ces paroles qui eussent plonge dans la stupeur tous les gens de service, s’ils avaient pu les entendre : – Tu n’arriveras donc jamais à mater ta détestable nature d’homme ? Tu sais pourtant bien, Frida, que je ne veux pas de ces manifestations… de ce trouble… qui est un manque de respect vis-à-vis de moi, une audace d’une suprême inconvenance !- C’est involontaire, maitresse, je vous assure.- Précisément ! Cela ne m’en déplait que davantage. Un esclave ne doit pas avoir de sens, surtout quand il est destiné à vivre sous le costume féminin.-De nouveau ses regards se reportèrent vers le point qu’elle avait déjà fixe et elle dit à mi-voix, comme si elle se fut parlé a elle-même :- Je ne voudrais pourtant pas être obligée de t’enchainer sans cesse ; cela nuirait à la perfection de ton service. Quand la toilette de Myrtile fut terminée, elle gagna son fauteuil et désigna une place à ses pieds à Frida, qui s’accroupit docilement sur un coussin.Alors Myrtile, en un geste de possession, lui posa une main sur la tête, lui rejeta le front en arrière et la regarda profondément. C’était une véritable emprise, qui dominait Frida en même temps que le regard noir pénétrait jusqu’au fond de son être. La main s’était abattue sur cette tête avec la vigueur d’une serre et les bagues qui luisaient à travers la mousse des cheveux d’or, meurtrissaient le cuir chevelu.Ayant conscience qu’un fluide s’échappait de sa paume appuyée et de ses doigts en griffes, Myrtile prolongea l’étreinte pour mieux faire sentir son pouvoir à cet être qu’elle dominait. Quand elle le sentit préparé à recevoir ses ordres comme des lois, elle se décida à parler.- Frida, te voici définitivement éloignée de France, soumise à mon autorité canlı kaçak bahis absolue et réellement captive entre les murs de ce château. Je ne te dis point cela pour te menacer de te rendre malheureuse, je te le dis simplement parce que c’est la pure vérité. Tu es une chose à moi, tu le sais puisque ton esclavage ne date pas d’hier et que c’est par ces mots : ” Objet à moi” que je t’ai accueilli quand je suis allée à Paris prendre possession du legs vivant que me donnait le testament de ta tante. Depuis ce jour tu m’appartiens ; tu es esclave, exactement comme l’ont été toutes les créatures capturées dans la guerre et le pillage ou vendues sur un marché. J’ai tous les droits sur toi et maintenant que nous sommes revenues dans ce château perdu au fond de mes domaines, je peux les exercer sans limite ; je pourrais te battre, te torturer – et je le ferai si tu le mérites ou simplement si la fantaisie m’en prend – qui m’en empêcherait ? Je pourrais même te tuer, si tel était men caprice, car ta vie m’appartient et est à ma merci comme tout le reste. Je peux donc te parler en souveraine maitresse et je vais le faire, car j’entends être obéie.Elle prit un temps et sa voix se fit plus impérieuse pour dire :- Jolie Frida, mon esclave, ton passe n’est plus et tu dois l’oublier comme s’il n’avait jamais existé; même si l’on en parlait devant toi (et il y a bien peu de chances pour que la chose se produise), les mots n’éveilleraient aucun souvenir et surtout aucune émotion. Tu n’as rien de commun avec ce turbulent Fred de Montignac, qui a fait le désespoir de ses éducatrices jusqu’au jour où on l’a habille en fille. Tu ne te souviens plus qu’adolescent tu vécus sous le nom de Mademoiselle Frédérique de Montignac, auprès de la belle tante qui prépara le changement de sexe si bien perfectionne, si complètement réalisé par moi ; toute cette partie de ton existence est morte avec la baronne de Saint-Genest elle-même.La voix de Myrtile, si musicale d’ordinaire et si vibrante de claires sonorités, venait d’avoir la sècheresse d’un couperet de guillotine et son geste, en même temps, abolissait le passe d’une manière définitive.Il semblait au jeune homme qu’elle lui arrachait tout ce qui enveloppait son âme comme on retire les vêtements habillant un corps que l’on veut mettre à nu.- Qui donc es-tu alors ? poursuivit la comtesse. Tu es la créature que j’ai baptisé ” Frida “, que j’ai été la première à appeler de ce nom. Mais il est un autre nom qui te convient mieux encore, car cela je puis le changer le jour où j’en aurai assez ; c’est celui d’esclave, mon esclave à moi. Ton nom même ne t’appartient pas ; je t’en donne un, qui est le terme dont je me sers pour t’appeler ; mais je pourrais tout aussi bien dire ” Esclave” car tu comprends, tu réponds, tu sais qu’il te désigne et te convient pleinement.A chaque phrase qu’elle prononçait Frida se sentait diminue comma si, à force de le pétrir entre ses mains autoritaires, elle l’amoindrissait de plus en plus.Rejetant la tête en arrière, l’écrasant de tout son orgueil triomphant, de toute sa hauteur patricienne, l’éloignant de toute la distance qu’elle avait mise entre eux et qu’elle venait d’accroitre encore, elle raidit son bras tendu comme s’il avait été le bras de marbre ou d’albâtre d’une statue, s’efforçant de façonner la pensée habitant cette tête ainsi qu’elle avait façonné ce corps, transforme cette apparence, elle termina :- Esclave Frida, tu n’es et ne seras pas autre chose qu’une femme ! Il ne me suffit pas que tu t’habilles et te coiffes en femme, que tu travailles et te distraies en femme, que tu vives en femme : je veux que tu sentes, que tu penses en femme !fin du chapitre

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir